Indice de performance et site actualisés au 30 juillet 2021 : 9,39
.
.
performance annuelle

+61,71% depuis le 1er janvier 2021

au 31/12/20 : 5,8
plus haut annuel : 12,16
plus bas annuel : 5,74

performance mensuelle

-13,47% pour juin

Chaque chandelier du graphique représente un mois depuis le 1er juillet 2018.

performance historique

-90,61% depuis le début

C'est la performance historique depuis le 1er juillet 2018.
au 1er/07/18 : 100
plus haut : 105,56
plus bas : 3,22
Les lignes rouges représentent le dernier jour de l'année précédente.

  • 2018 : -50,04%
  • 2019 : -90,66%
  • 2020 : +24,39%
  • 2021 : +61,71% (année en cours)
stratégie bourse

La stratégie B3C4D1010RP1

Pendant longtemps, j'ai agi sur les marchés financiers selon mon instinct, mes connaissances, mes recherches et surtout mes croyances. Tout ce qu'il y a de plus normal quand on pratique une activité, qu'elle soit de loisirs ou professionnelle.

Aujourd'hui, c'est la même chose, à la seule différence que je n'ai pas la même maturité, et c'est là où se fait toute la différence entre un trader amateur et un trader professionnel. Je le dit sans prétention car c'est le marché lui-même qui m'a forcé à comprendre tout cela.

je parlerai de mon parcours plus tard, mais allons droit au but. J'ai rassemblé toute mon expérience de ces 21 dernières années dans la stratégie B3C4D1010RP1.
Que votre approche soit chartiste ou fondamentale, aujourd'hui, il m'est inconcevable de traiter sur les marchés sans stratégie, c'est comme jouer à pile ou face.

Derrière ce nom barbare, se cache la logique suivante :

B : breakout (cassure)
B3 : c'est la 3e version
C4 : c'est la 4e version de la variante B
D1010 : c'est l'unité de temps, plus il est petit, plus ce sera dynamique
RP1 : retour pips, c'est un effet de levier en plus, puissance 1

Le but de cet article n'est pas de vous dévoiler la méthode car 80% d'entre vous n'auront pas la force psychologique de la suivre rigoureusement, j'en veut pour preuve que 73% de mes transactions sont PERDANTES avec de forts drawdowns.

Simplement pour dire et pour résumer, que malgré toutes les connaissances que vous pourrez acquérir, cette rigueur de tenir une stratégie au jour le jour fait partie intégrante de cette maturité évoquée plus haut. Le trading n'est pas un jeu, j'ai brûlé plusieurs comptes avant de le comprendre.

écrit le 31 janvier 2021

calcul indice

Son calcul

On m'a déjà demandé comment était calculé ton indice de performance et de ce qu'il était composé. J'aimerais répondre en toute transparence à cette question car la performance d'un trader peut s'avérer un point ambigüe. En effet, comment comparer deux performances de deux traders si l'on parle pas de la même chose ?

Vous me direz que c'est simple, il suffit de prendre une transaction où on gagne 100€ pour 1000€ d'investit et ça fait 10% de gains et on aurait un indice qui passerai de 100 à 110. Encore mieux, s'il y a deux transactions comme celle-là, ça fait 20% donc un indice à 120 points, c'est beau !

Le trading est-elle une activité à somme nulle ?

Pas du tout ! Vous lirez souvent sur internet que si on gagne 100€ et que l'on reperd 100€ on retombe sur nos pattes et qu'on a un ratio de gains/pertes de 1. Magnifique n'est-ce-pas ? Quid des frais de transactions, des ajustements financiers (financement journalier, forex par exemple), des spreads, des frais de garde, des reports de positions, des erreurs de programmation... C'est comme si l'épicier du coin ne prenait pas en compte son loyer, son salaire etc dans son résultat net.

Un trader pour compte propre est un chef d'entreprise. Traiter via tel ou tel courtier, instrument, ordre ou levier aura, à terme, un impact sur sa performance globale. Par exemple, si vos frais de courtage correspondent à 2% pour un achat et 2% pour une vente et que vous gagnez 5% sur votre transaction, inutile de venir me dire que vous avez gagné 5% car pour moi votre performance est de 1%, point final ! Vous n'aviez cas choisir un courtier moins cher :-)

Mon indice de performance se veut le plus réaliste et prend donc en compte :

  • le résultat de la transaction
  • les frais de courtage
  • les spreads
  • les ajustements financiers journaliers (frais de financement)
  • le levier
  • les frais de garde
  • les erreurs de programmation d'ordre
  • les reports de positions
  • les dividendes

La seule chose qui n'est pas prise en compte c'est la fiscalité car nous ne sommes pas tous égaux en fonction de nos revenus et de notre résidence fiscale.

écrit le 17 février 2021

composition indice

Son évolution

L'indice de performance correspond à l'évolution de la performance du portefeuille de trading et ce, depuis le début. Par contre, ce qui a changé, c'est le portefeuille.

Quand on regarde le graphique de l'évolution historique plus haut, on est frappé par cette baisse continue jusqu'en janvier 2020, soit un an et demi, un plus bas à 3,22 points, c'est-à-dire -96,78%. Heureusement que je n'ai pas investit là-dedans me direz-vous, et vous aurez raison ! Voyons cela de plus près ! Attention, ça risque d'être technique.

Avant juillet 2018 (début de l'indice), mon backtest selon ma stratégie B3C4D1010 sur l'EURUSD montrait un drawdown maximum d'environ 50% depuis 1992 et une moyenne de drawdown d'environ 12% sur des périodes de 10 ans. En gros, on perd 12% en moyenne avant de taper un plus haut sur le portefeuille, pour quelqu'un comme moi qui a vécu le pire sur les marchés, c'est largement supportable.

A ce moment-là, on ne traite que l'EURUSD et le USDJPY. Pour rappel, c'est une stratégie de suivi de tendance car comme le dit l'adage "la tendance est votre amie".

eurusd_sans_tendance
source du graphique : ProRealTime.com

Dans la période encadrée en rouge sur le graphique ci-dessus (période de range sans tendance), ce range va créer un drawdown maximum de ... -120% sur l'EURUSD. Le pire depuis 1992 selon ma stratégie. La catastrophe, voyez le graphique ci-dessous !

eurusd_sans_tendance

Malheureusement, ce phénomène va se reproduire sur la paire USDJPY de juillet à décembre 2020 avec un drawdown max de -95%.

Dans le même temps, je travaille sur des backtests, j'intégre donc le gold et le silver à mon portefeuille en novembre 2018. Je loupe la tendance de juin à août 2019 sur le gold à un moment où j'en avais bien besoin, croyez-moi je m'en souviens encore ... C'est ce qui va entraîner ma volonté de développer d'autres stratégies complémentaires (tout en gardant celle déjà en place) pour pallier à ce problème. Je me rassure en me disant que c'est peut-être un mal pour un bien. J'y travaille comme un dingue, des centaines d'heures, trois stratégies dont deux que j'ai mis à la corbeille et la RP1 que je garde.

En juillet 2019, j'intégre le pétrole (le brent et le wti) dans mon suivi de portefeuille.

En septembre 2019, j'intégre la variante RP1b (b pour bêta). Je la retire en décembre car je me suis rendu compte qu'il y avait des anomalies à corriger.

En mai 2020, j'intégre la correction de la variante RP1.

En février 2021, j'intégre une légère amélioration de la variante RP1.

Depuis le 1er juillet 2019, je ne traite que 6 instruments, donc voyons à quoi ressemble le graphique de la performance du portefeuille jusqu'au 13 mars 2021 :

performance_historique_juillet_2019

Pour éviter la perte de ma première année, il aurait été plus judicieux de suivre l'excellentissime conseil de Fabien Lignon (alias Charles Dereeper) dans le livre "Jouer à la bourse quand on travaille" (cliquez ici pour télécharger le livre) où à la page 72, il dit clairement "La constance est une donnée capitale pour jouer en bourse avec succès. La solution en cas de pertes consiste à continuer courageusement. Car, après les pertes arrivent les gains. C’est au moment où vous perdez que vos probabilités de gagner lors des opérations suivantes, sont les plus élevées !" et de rajouter page 73 brillamment "Dernière remarque, si vous avez envie de démarrer dans de bonnes conditions, patientez jusqu’à l’apparition d’une période de pertes et commencez seulement ensuite à suivre les signaux."

Entre chance et malchance, l'erreur a été sans doute, de vouloir appliquer ma stratégie au marché trop rapidement, c'est-à-dire qu'avec seulement deux instruments : l'EURUSD et le USDJPY. Peu importe que vous fassiez Paris-Marseille en passant par Lyon ou par Bordeaux, l'important comme le dit mon père c'est que le projet aboutisse, et pour cela il faut commencer par rouler. Mais une chose est sûre et certaine, et je travaille mes tests tous les jours, si je me rend compte que ma stratégie n'a pas d'avenir à long terme, je ne suis pas kamikaze, J'ARRETE SUR-LE-CHAMP. C'est un travail de longue haleine mais somme toute, passionnant. J'ai confiance aux intérêts composés qui, à terme, me feront revivre des sommets, par exemple, 10000 € avec 30% net par an réinvestis sur 10 ans, vous donne 137858 €, comme le dirait Peter Lynch, c'est un 13 baggers :-)

écrit le 13 mars 2021

composition indice

La survie du portefeuille

J'aimerais revenir sur une chose qui est capital (sans jeu de mot ^-^) pour la survie du trader, le money management (ou gestion du risque).

La fois dernière, on voyais un drawdown de -120%, cela voudrait dire qu'à capital constant, en partant de 10 000 € - 12 000 €, on serait négatif de 2 000 € soit une performance de -20% et pourtant, mon indice de performance n'a jamais atteint 0.

L'explication est simple. Il y a deux indices que le trader ne doit jamais perdre de vue, l'indice théorique (backtest, sorte de coulisse) et l'indice réel (gestion dans la pratique, grand public).

L'indice backtest

Avant d'appliquer une stratégie, on la teste en faisant des backtests. Pour garantir une fiablibité des résultats des transactions qui la compose, je suis parti d'une base de capital identique, par exemple 10 000 €.

Pour la raison suivante que si j'ai une transaction ouverte en 1992 avec un capital de 10 000 €, une autre en 2006 sur une base de 6 000 € et une autre en 2011 sur une base de 15 000 €, vous voyez bien que si chacune de ces transactions gagnent 10%, la 1ere gagnerait 1 000, la 2e 600 et la 3e 1 500 € alors qu'elles devraient toutes gagner 1 000 €, donc cela n'a aucun sens d'analyse. Appliquer une stratégie mal construite, c'est s'assurer de la ruine à un moment ou à un autre, c'est comme faire une mauvaise étude de marché avant de lancer son entreprise, bon courage !

L'indice réel

C'est là où le money management entre en jeu. C'est la gestion au quotidien du capital si vous préférez.

Illustrons cela !
Admettons que vous decidiez de risquer 10% de votre capital par transaction à capital constant.

10 000 - 1 000 = 9 000
9 000 - 1 000 = 8 000
8 000 - 1 000 = 7 000
7 000 - 1 000 = 6 000
6 000 - 1 000 = 5 000
5 000 - 1 000 = 4 000
4 000 - 1 000 = 3 000
3 000 - 1 000 = 2 000
2 000 - 1 000 = 1 000
1 000 - 1 000 = 0

On voit ici qu'après 10 transactions perdantes seulement, il ne reste plus rien, c'est la faillite, on dit qu'on a brûler le compte.

Maintenant, Admettons que vous decidiez de risquer 10% de votre capital par transaction à capital variable (ou adaptatif).

10 000 - 1 000 = 9 000
9 000 - 900 = 8 100
8 100 - 810 = 7 290
7 290 - 729 = 6 561
6 561 - 656 = 5 905
5 905 - 591 = 5 314
5 314 - 531 = 4 783
4 783 - 478 = 4 305
4 305 - 431 = 3 874
3 874 - 387 = 3 487

On peut voir qu'après 10 transactions perdantes, il nous reste tout de même 3 487 €, on est toujours debout et en vie.

Le capital est le gasoil qui permet à la voiture d'avancer et l'illustration ci-dessus est une façon comme une autre de le gérer car il y a pléthore de stratégies de money management et elle fait partie intégrante de ma stratégie de trading. Elle permet de savoir combien acheter et vendre. J'insiste, une méthode sans money management est une stratégie à l'aveugle, incomplète et que je n'appliquerai en aucun cas.

A l'heure où j'écris ces lignes, mon portefeuille a fondu de 91% et malgré tout, dans l'article ci-dessus on garde espoir. Mais comment remonter la barre et combien de temps ? Il est fou ce gars :-)

Je m'estime fondamentalement honnête pour ne pas vouloir trafiquer mes chiffres, je n'ai rien à vendre. C'est dans l'adversité qu'on corrige et qu'on apprend de ses erreurs et je n'ai pas honte de mes erreurs, je les embrasse même ! Et, c'est dans la volatilité de l'action (ou de la vie) où se trouve les plus grandes opportunités. En bourse, c'est là où intervient la magie des "intérêts composés".

écrit le 17 avril 2021

calcul indice

Son futur

Le titre de cet article se veut racoleur car bien prétentieux est celui qui connait l'avenir. Pouvons-nous prédire les marchés ? La réponse est bien évidemment que NON car beaucoup seraient déjà millionnaires. Trop nombreux sont ceux qui jouent à ce petit jeu - très souvent pour nourir leur orgeuil - d'où l'expression "jouer en bourse", mais souvenez-vous, nous ne jouons pas, elle est là toute la différence.

En effet, on s'en fiche que le marché monte ou descend, notre travail consiste à acheter ou à vendre du risque en appliquant une stratégie qui par essence est profitable grâce à un avantage statistique à plus ou moins long terme.

Aujourd'hui, l'indice de performance est d'environ 9 points, ce qui veut dire que pour revenir à 100 points, il faut multiplier le portefeuille par 11 (1000%). N'importe qui vous dira que c'est impossible, autant arrêter tout de suite, c'est de la folie ! Hep, pas si vite ! C'est là où interviennent les intérêts composés.

Les intérêts composés

Si je vous dis que vous avez gagné le jackpot où vous pouvez de choisir entre deux lots : le premier, vous empochez, maintenant, tout de suite 100 000 € ou le deuxième lot qui consiste à ne rien avoir maintenant, mais à revenir 30 jours après car vous avez gagné 1 € qui va générer 50% de bénéfice par jour cumulé pendant 30 jours.

Tic, tac, tic, tac ... Vous avez choisi comme moi, le second lot ? Bravo ! 1x1,5^30 = 191 751 € soit 91,75% de plus que le premier lot, avec un peu de patience.

Un avenir radieux ?

Nul n'est prophète en son pays mais j'y crois, croire qu'on peut rattraper, voir dépasser la contre-performance actuelle. Sinon, comme je l'ai évoqué plus haut, je n'aurais pas continuer. Il n'est certainement pas question ici de convictions car elles sont trop souvent trompeuses en bourse mais de probabilités en fonction des backtests réalisés au préalable. Aux derniers tests de mi-2020, on aurait une progression théorique de 53% par an, ce qui est gigantesque. Ce qui veut dire que pour passer de 9 à 100 points (x11), il faudrait seulement 5 ans et 8 mois.

Je vous donne donc rendez-vous en ... 2027 :-)

écrit le 22 mai 2021